Clarins

by admin

Produit de la gamme Capital Lumière de Clarins, Capital Lumière jour de Clarins propose d’effacer les années. Pour ce faire la marque invoque les qalités d’un trio de plantes, la cochéaire officinale, la walthéria, et la sabline. Comme Guerlain, Givenchy et Dior, la marque qui a construit son image sur l’utilisation des plantes sacrifie cette saison à la mode de la walthéria. Bon choix ? Appartenant à la famille des mauves, la walthéria possède des vertus émollientes dans les inflammations de la peau. Les deux autres plantes, dites halophytes, sont des plantes de bord de mer. Réputéees curatives contre le scorbut dans les siècles passés, elles contiennent de la vitamine C, notamment la cochéaire officinale. C’est donc pour Clarins un soin dans l’air du temps, avec le mélange de vertus apaisantes et le renfort de la vitamine C.

Selon la marque, ce trio de plantes assurerait une accélération de la réorganisation du collagène, et serait un soin anti-âge aux pouvoirs oxygénants.

A l’usage, cette crème en contenant verre classique se place dans la moyenne des crèmes haut de gamme par le prix ( de 77,90 à 82,90euros les 50 ml). La texture dense le devient encore plus en milieu de pot, et il semble difficile de l’étaler sans faire preuve d’une certaine vigueur. Côté hydratation, cette crème semble beaucoup plus efficace sur les peaux de 30 à 40  ans. Au delà  de 50 ans, le pouvoir hydratant faiblit et il est impératif de renouveler l’application à mi-journée, que votre activité soit en milieu fermé, climatisé ou de plein air.

Il est reconnu que toute utlisatrice demande  des miracles à sa crème de jour, donc au banc d’essai de celles-ci, Capital Lumière Jour se situe dans la bonne moyenne, parfum agréable, teint éclairci après deux semaines. Toutefois on peut se demander si le dosage en plantes et principes actifs est suffisant pour satisfaire aux prétentions qualitatives de cette marque, justement au moment où des produits «  bio » affichent clairement des compositions plus riches.

Forks magazine
© Forks 2012

Leave a comment

*

*